De Thay Phap Lu, ancien médecin #Covid-19 #Avant d’être malade #Informations pratiques #Recommandations


Avant d’être malade

Garder le moral en vous concentrant sur la joie. Vous évitez les conduites anxiogènes (ne pas écouter à longueur de journée des nouvelles alarmantes). C’est une perte d’énergie mentale considérable alors que la bataille se gagne en premier par le mental qui décide, dirige et s’occupe de notre physique. Faire des exercices physiques quotidiens, beaucoup de relaxation, d’auto massage  et surtout un régime léger est notre façon d’économiser voire de renforcer notre énergie du Qi qui nourrit continuellement notre mental. Éviter les produits d’animaux qui sont difficiles à digérer et accaparent notre sang dans le digestif et nous empêchent d’avoir notre sang aux endroits stratégiques de notre sphère ORL – nez, gorge et oreilles – (endroits de pénétration du virus). Tant pis, nous aurons un peu faim pour que nos cellules pauvres en réserves et en protéines soient incapables de produire des virus en grande quantité (cellules nouvellement infectées). Par contre, notre corps est capable de produire plus de cellules immunitaires (cellules sanguines spécialisées) pour notre défense car l’oxygène économisée d’une digestion inexistante (régime léger ou jeûne intermittent) peut être utilisée dans nos moelles osseuses pour produire de nouvelles cellules immunitaires en cas d’infection. Le régime léger est la défense naturelle de tous les animaux en cas de blessure ou de maladie. C’est aussi dans la tradition de la médecine orientale : jamais d’aliment riche ou fortifiant en cas de maladie aiguë. C’est aussi dans la société, en macroéconomie : arrêter toute activité économique non essentielle pour se concentrer dans la lutte contre la maladie.
Ici on voit le parallèle entre l’enseignement bouddhiste – laisser le mental hors des soucis, des angoisses, des expectations de vouloir résoudre tout seul le problème (dans la fuite, dans l’isolement dans le déni) -. C’est l’arrêt du superflu, du superficiel pour revenir à l’essentiel, à notre bien être. Au contraire de l’angoisse, c’est le lâcher prise, la foi, la confiance dans notre inconscience (alaya) et dans notre corps pour faire face au problème. Notre mental n’a qu’à accompagner notre instinct de survie. Quel combattant peut il gagner la guerre s’il y a peur, doute, confusion, réflexions et critiques qui consomment tant d’oxygène pour des idées alors que le corps réclame de l’oxygène, de l’énergie pour nous équiper en cellules de défense ! ? Pourquoi continuer de travailler si c’est pour tomber malade peu de temps après ? Pourquoi faut il digérer tant de victuailles si le corps n’est même plus capable de respirer ? Autant arrêter de penser (car nous sommes habitués à parler, à critiquer, à tirer des plans sur la comète, à refaire le monde avec des si…). C’est le moment ou jamais d’être avec notre respiration et notre corps, nos sensations et notre joie (encore en vie, en bonne santé pour la plupart d’entre nous), d’arrêter de penser c’est l’arrêt – samatha – pour faire confiance à nos proches, à nos ami(e)s… Pour réaliser pour eux ce que nous pensons bénéfiques et nécessaires mais qu’ils sont incapables de faire (arrêter de se faire du souci, arrêter de s’intoxiquer, arrêter des aliments trop gras, trop sucrés, arrêter de se faire du mal dans la déprime, dans l’addiction aux drogues). Et pratiquer la marche, le toucher de la terre lent, la relaxation ou en appréciant notre nature au Printemps.

En résumé

La méditation, les exercices physiques suivis de relaxation et un régime le plus léger possible est le trio idéal des pratiquants en période de crise et de difficultés. 

Le partage est déjà trop long. Je reviens vers vous pour la période cruciale de l’infection virale quand il y a des premiers symptômes : comment faire pour surement éviter le pire et sortir plus fort de la maladie.

De la part de Thay Phap Lu

Publié par Centre Zen de Pleine Conscience de Liège

Le Centre Zen de Pleine Conscience de Liège pratique selon l'enseignement de Thich Nhat Hanh, maître zen vietnamien s'inscrivant dans la tradition bouddhique du Mahayana.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :